mercredi 21 février 2018

L'accompagnatrice

L'accompagnatrice
Nina Berberova
Roman, traduit du russe

Sa mère donnait des leçons de piano et lui a transmis son savoir. Dans la Russie de 1919, dans le froid et la misère, elles vivent toutes deux très chichement. Jusqu'au jour où Sotchenka reçoit la possibilité de devenir accompagnatrice d'une grande cantatrice Maria. Lorsque celle-ci fera des tournées, voyagera, partout Sotchenka la suivra et vivra dans son ombre. Personne ne la remarque, elle se sent très seule et veut découvrir le secret de Maria afin de la faire tomber de son piédestal. Cette femme toujours heureuse, elle lui souhaite tout le malheur possible. Car Maria a tout : un mari, un homme qui l'aime, une carrière à succès, des admirateurs, et elle, Sotchenka n'a que ce surnom, Sotchenka. Ce qui est triste, c'est qu'elle n'agit pas haine, mais par solitude, pour essayer d'exister....


samedi 17 février 2018

La fille de Brooklyn

La fille de Brooklyn
Guillaume Musso
Roman

Raphaël est follement amoureux d'Anne, qu'il connaît depuis 6 mois. Ils vont bientôt se marier. Il se rend compte qu'en fait, il en sait très peu sur elle, et lui demande si elle n'a vraiment aucun secret pour lui. Et là, Anna lui montre une horrible photo, et lui dit "c'est moi qui l'ai fait".  Raphaël est choqué, ne sait comment réagir et prend la fuite en voiture.

Rapidement il se reprend et fait demi-tour pour lui demander des explications, essayer de comprendre. Mais voilà, Anna a disparu, ses affaires abandonnées chez elle, et elle ne répond pas au téléphone. Raphaël est sûr qu'il lui est arrivé quelque chose et, à l'aide de son voisin et ami, un ancien flic, va remonter la piste du passé d'Anna.

Un bon policier comme en fait Guillaume Musso, ni plus ni moins. On se laisse prendre par l'histoire et le suspense qui grandit. Un bon petit roman pour les vacances.

dimanche 4 février 2018

Les règles d'usage

Les règles d'usage
Joyce Maynard
Roman

Quatrième de couverture :
Wendy, treize ans, vit à Brooklyn. Le 11 septembre 2001, sa mère part travailler et ne revient pas. L'espoir s'amenuise jour après jour et, tandis que les affichettes DISPARUE se décollent, fait place à la sidération. Le lecteur suit la terrible prise de conscience de Wendy et de sa famille, ainsi que leurs tentative pour continuer à vivre. Mais comment avancer dans ce monde complètement chamboulé, privé des règles d'usage qui ponctuaient son existence ?

Le chemin de la jeune fille la mène en Californie chez son père biologique qu'elle connaît si peu - et idéalise. Assaillie par les souvenirs, Wendy est tiraillée entre cette vie inédite et son foyer new-yorkais auprès de son beau-père et de son petit frère. Elle délaisse les bancs de son collège et, chaque matin, part à l'aventure, faisant d'étonnantes rencontres : une mère adolescente, un libraire clairvoyant et son fils autiste, un jeune à la marge qui recherche son frère à travers le pays. Ces semaines californiennes aideront-elles Wendy à faire face à la nouvelle étape de sa vie ?

***

Un livre tellement émouvant qu'il vous prend aux tripes, qu'on ne peut plus le lâcher et qui vous reste encore en tête longtemps après l'avoir fini. Personnellement, je n'ai pas pu commencer tout de suite le livre suivant tellement celui-là m'a touchée. C'est un gros coup de coeur et je ne saurais que vous le recommander vivement.




mercredi 29 novembre 2017

Horrorstör

Horrorsrör
Grady Hendrix
Roman

Quatrième de couverture
Il se passe quelque chose d'étrange au magasin demeuble Orsk à Cleveland. Ces derniers temps, les employés découvrent, en arrivant le matin des étagères démontées, des piles de gobelets renversées, des armoires fracassées... Les caméras de surveillance ne montrent rien d'anormal. Pour lever le mystère, une équipe de trois employés s'engagent à rester sur place toute une nuit. Au coeur de l'obscurité, ils arpentent les allées du showroom désert, courent après d'inquiétants bruits et finiront par se confronter aux pires horreurs...

***

C'est la couverture du livre qui m'a attirée : elle fait tellement penser à Ik*a. En deuxième de couverture une présentation très sérieuse du magasin et de son agencement, pratiquement identique au fameux Ik*a d'ailleurs nommé dans le livre puisque Orsk veut en être la copie exacte, en meilleur marché.

(version anglaise)

Chaque nouveau chapitre débute par la présentation d'un meuble du magasin :


Des fiches de recrutement, d'évaluation d'employés, et d'autres documents particuliers à l'entreprise sont parsemés dans le livre, comme pour nous rappeler que ce magasin est bien réel et nous amener à penser que l'histoire l'est aussi.

Le récit se déroule donc entièrement dans ce magasin, où trois personnes se retrouvent une nuit pour trouver le responsable des dommages occasionnés. Ils commencent en fait par rencontrer deux autres employés qui se sont laissés enfermés à la fermeture pour pouvoir, pendant la nuit, filmer les fantômes qui, d'après eux, déplacent les objets.

Ni les uns ni les autres n'ont raison, hélas, et la réalité est bien pire. Le suspense et l'horreur sont au rendez-vous. Accrochez-vous bien et évitez le livre si vous avez l'estomac un peu fragile. Les autres passeront un bon moment.

***

Un petit paragraphe de la page 100 :
"De l'autre côté de l'allée, le décor présentait la chambre Sylbian. Tonalité mauve, le moindre détail parfaitement agencé. Rien ne manquait, tout était à sa place. Sauf qu'un main dépassait du cache-sommier. Une main poilue avec une alliance en or."